Le Sanglier sus scrofa « IL N’EST POINT D’ANIMAL DONT LA RECHERCHE M’AIT COÛTÉ AUTANT DE PEINE ET DE TEMPS SANS QUE JE LE CONNAISSE ENCORE BIEN. C’EST DOMMAGE, CAR DANS NOS PAYS OÙ MANQUENT LES GRANDS CARNASSIERS, IL EST LA GROSSE BÊTE FAROUCHE, CELLE QUI EXPRIME LE MIEUX LA SAUVAGERIE DE LA FORÊT, LUI DONNE UNE VIE ANIMALE À L’ÉCHELLE DE SES ARBRES. » Robert Hainard (1906-1999) Carte d'identité du Sanglier (sus scrofa) Classification: mammifère omnivore de la famille des suidés. La femelle s'appelle la laie et les petits les marcassins jusqu'à la disparition de leur livrée rayée. Ils deviennent alors des "bêtes rousses" jusqu'à l'âge adulte vers 1 an. Habitat: le sanglier se plait dans les forêts denses dotées de petits arbustes lui permettant de se remiser. On le trouvera également dans les zones marécageuses. Il ne sortira en milieu ouvert qu'à la nuit tombée pour se nourrir. Dimensions: tête + corps: 110-165cm (mâle) et 105-145cm (femelle); hauteur au garrot: 70-90cm (mâle) et 60-85cm (femelle); queue: 18-28cm. Poids: 70-170kg (mâle) et 65-130kg (femelle). Reproduction: Le rut du sanglier s'étend de mi-décembre à fin février. Après une gestation d'environ 115 jours, la laie met au monde une portée de 2-12 marcassins dans un nid de feuilles sèches construit à l'écart de la harde qui s'appelle le "chaudron". Mode de vie du Sanglier (sus scrofa) Le sanglier est un animal sociable qui vit en hardes composés d'une femelle et de sa progéniture. Lorsque plusieurs hardes se regroupent, on parle de "compagnie". Elle est toujours menée par la laie la plus âgée qui est aussi la plus expérimentée. Les mâles adultes appelés "solitaires" vivent généralement à l'écart de la harde hors de la période de reproduction. Très intelligent, le sanglier est en permanence en alerte. Son flair et son audition affutée lui permettent de repérer le danger et de se dérober au regard de l'observateur avec une facilité déconcertante. Omnivore opportuniste, le sanglier se nourri principalement de végétaux qu'il trouve au sol ou qu'il déterre, guidé par son odorat surdéveloppé. S'il apprécie les faines, glands et fruits tombés au sol, ce fin gourmet se nourrit également de champignons, de vers, de larves ou encore de petits vertébrés. Observer et photographier le Sanglier (sus scrofa) OBSERVER: Doté d'un odorat surdéveloppé et d'une ouïe fine, le sanglier est en permanence aux aguets et prendra la poudre d'escampette s'il soupçonne la moindre présence humaine. Pour espérer le voir, il faut se lever tôt, s'installer le long d'une coulée ou a proximité d'une souille à bon vent et croiser les doigts... PHOTOGRAPHIER: Un objectif lumineux (f/2.8) et un boitier supportant une bonne montée d'ISO (min 3200 ISO) sont indispensables pour espérer immortaliser le sanglier aux premières heures du jour dans un milieu forestier. Un trepied et du matériel de camouflage sont également conseillés pour ne pas se faire repérer. PROTEGER: Le sanglier fait partie des espèces mal-aimées de nos forêts en raison de son incorrigible habitude de retourner les champs avec son groin et son gout prononcé pour le mais. Le sanglier joue pourtant un rôle d'ingénieur forestier précieux. Jugé en surpopulation chronique par les agriculteurs, il subit une chasse massive depuis quelques années dans l'arc jurassien. Pour limiter sa population et les "dégâts" aux cultures , l'interdiction du nourrissage à visée cynégétique en France voisine et la pose de barrière de protection autour des champs de mais sont des mesures probablement plus élégantes qu'un abattage massif annuel qui n'a pas fait ses preuves comme solution de régulation.
Empty gallery item. Please make sure you have upload image to it or check the short code.
error: L\'intégralité du site est soumise au copyright! Si cette image vous plait, veuillez contacter le photographe! - If you like this picture, please contact the photographer!